Le dessinateur

  

C‘est un art, une aptitude particulière du destin De pouvoir d’un coup d’main étaler ce qui passe en chemin

Le dessinateur, scénariste de son oeuvre de hate, Et d’un scénario haut en couleur représente un carnaval de Rio.                             Un rire haut et fort  des admirateurs se laisse clamer, investir tant d’efforts pour un médiateur ne peut donner qu’un succès

Il taille son crayon pour en aiguiser la pointe mais, Désappointé de son inspiration, Il ferme les yeux. Après une grande respiration,  Il dépointe sa mine et comme hanté par les plus grands laisse faire ses mains , ses yeux , sa tête qui quittent le néant

L‘homme aux doigts de fée ne fait que l’effet d’un éternel insatisfait voulant parfaire, mais préférant partir pour ne pas faire de ratures sur son final qu’il pourrait ne plus voir en peinture Mine de rien , il mime sur le papier son hymne qu’il souhaite partager du bout de sa mine, pour finir, mine d’or entre les mains

Sur milles feuilles il étale son talent , De ses milles et une pâtes, Confiant,Sans peur et sans craintes

Quelque soit les formes les courbes les traits ou les lignes , À la gomme au fusain au crayon ou à la plume,  Il y met son cœur, émet des soupirs, aimant les couleurs de la nuit qui l’inspire Les formes sont hors normes , il déforme, transforme, diforme, même dix formes de style uniforme tant que son art est conforme

Le dessinateur est un guerrier , le crayon en guise de flèche et le papier pour cible, Prêt a coucher sur le papier ce qui deviendra sa bible  Partant avant chaque oeuvre en quête, à la conquête, sans requête

Dessiner lui permet de réinventer son monde, Il gomme les  erreurs  embelli les défauts, Supprime les malheurs et fait vivre les mots , Apparente un sourire, un souvenir , un amour, un reve, une trêve

Les idées sont la,Arrivé à bord le dessinateur lâche l’ancre , l’encre parle d’elle même et parcoure la feuille de milles traits puis illustre sans s’arrêter.

Le dessinateur, examinateur du monde qui l’entoure aura vite fait le tour , capturant milles images, méritant l’affichage Convaincu que celle retenue lui fera  gagner quelques écus

Il vit de sa passion, attendant l’ascension En stationnement depuis des années sûr les trottoirs de Madison Square, à vendre quelque planches qui lui éviteront la manche Un jour il le sait, il sera exposé au musée

Le dessinateur continu de rêver Sachant que la gloire sera au rendez vous En attendant ouvrez l’oeil !

Le dessinateur est peut être près de vous

   

Publicités

« Houston, we have a problem »

WK

 Fevrier 2011, Salons Vianey

C’est mon troisième verre, et je danse beaucoup trop (honneur aux mariés). J’entends Whitney Houston clamer haut et fort « I wanna dance with somebody who loves me » et je ne vois plus que toi.

Novembre 2011, 75012

Tu me fais tourner et on peut distinguer, sur les murs de ta chambre, nos ombres se déhancher sur cette même chanson qui a fait que nous en sommes là aujourd’hui.  S’ensuivront « How will i know » et bien d’autres, de plus en plus douces, faisant chanter Whitney avec plus de mélancolie que d’agitation, ralentissant nos pas à la cadence d’un slow.  Le fond sonore est calculé et tu fais comme si c’était le fruit du hasard (vous êtes prêt à tout même avec des stratégies en carton).  Pour te faire plaisir je fais semblant de croire que ton iPod et son intelligence artificielle ne veulent – en aucun cas – t’aider à me serrer, et au fil des aiguës tu tentes d’avoir This kiss for ever.

13 Fevrier 2012 , Dans mon lit devant TMC

Je regarde The Bodyguard, diffusé en hommage à la Diva, décédée deux jours plus tôt. Elle s’en est allée, laissant derrière elle autant de succès que de souvenirs.

J’imagine ô combien les hommes doivent la bénir de pouvoir l’imiter pour emballer (oui des fois ça marche j’vous assure, surtout quand c’est My love is your love et qu’elle est jouée à la guitare). Combien de couples se sont connus / formés / découverts / aimés / séparés sur du Whitney? Moi la première j’ai grandi, dormi, ri avec elle, j’ai pleuré aussi, parfois.

Evidement je pense à toi, elle a fait la moitié de ton travail, il y a un an. Une fois le film terminé, This is the Heartbreak hôtel aussi fort dans mes oreilles que dans ma tête. Un peu nostalgique que tout soit fini, qu’elle soit partie, elle aussi, alors qu’elle était la seule chose qui me rattachait encore à toi.

Mais non, je ne dirai pas I have nothing, parce que j’ai des souvenirs plein les bras, que chaque relation laisse, derrière elle, une leçon à retenir, parce que chaque amour est expérimental. Une expérience qui permet de se réveiller un matin, moins faible que la veille, et plus forte pour les lendemains.

J’espere qu’elle t’aura enlevé cette phobie de prendre ton temps, et qu’elle t’aura appris à écouter ce que ton coeur peut à défaut de ce que ton corps veut.

It’s not right but it’s okay, J’vais bien tu sais.  J’voulais boycotter Whitney depuis toi mais la musique adoucit les mœurs (et les meufs aussi,je confirme) alors je ne l’ai pas fait.

Que dites vous ? I will always love you ? Non, celle-ci je la réserve à celui qui, Jordan aux pieds, lancera – avec tout le respect qu’il me doit – La Première Consultation du Doc Gyneco pour me pécho, et qui n’aura pas peur d’attendre quand je lui dirai « Ralentis, on va plus vite que la musique ».

Let’s get started

Elle a la vingtaine, plus à l’aise dans ses baskets – surtout dans les Nike – que dans sa peau, tant pis pour la touche féminine. Elle est bien entourée et on aime se confier à elle.

Elle boit parfois, ne s’est jamais droguée mais elle n’en a pas besoin elle est assez fonsdée naturellement.

Professionnellement, elle a eu du mal a trouvé sa voie, elle se voulait journaliste et se retrouve audioprothésiste, soignant l’écoute au lieu d’être écoutée.

Alors tant qu’à faire, elle s’est dit qu’un blog lui permettrait de vivre un peu son rêve d’enfant. 

Derrière mes coulisses, c’est un peu une opportunité, une sorte de défis que je me suis lancée sûrement parce que j’ai besoin de me prouver des choses, autant que j’en ai à partager. Et puis, chanceuse comme Elle est, vous finirez par vous attacher.

b